Réduire les vacances d’été : un débat récurrent pour l’éducation en France

 

Une proposition de révision récurrente

La question d’une possible réduction des vacances d’été est à nouveau sur la table de discussion. En effet, l’ancien Premier Ministre français, Édouard Philippe, a syndiqué cette idée lors d’une réunion publique à Bordeaux. Le point focal de son discours est axé sur l’éventuelle réorganisation des rythmes scolaires avec une réduction envisageable de la durée des vacances. Ce concept a été déjà soulevé précédemment par Yannick Jadot, candidat écologiste lors des élections présidentielles de 2022, et par Vincent Peillon, ex-ministre de l’Éducation nationale entre 2012 et 2014.

Petit à petit, nous avons raccourci les grandes vacances au profit des vacances intermédiaires“, nous rappelle l’historien de l’éducation Claude Lelièvre.

 

Une comparaison avec l’international

Le débat français se déroule dans un contexte européen où la durée des vacances varie. En France, les élèves bénéficient d’un total de 16 semaines de vacances annuelles, y compris 8 semaines dites ‘intermédiaires’. Par comparaison, leurs compères suisses ont 5 semaines de vacances d’été, tandis que les enfants portugais en ont 12,6.

Des visées diverses pour la réduction

La réduction des vacances d’été est souvent abordée pour ses possibles bénéfices. Philippe croit que le rythme actuel des vacances scolaires renforce les inégalités sociales, en raison des différences d’accès à des environnements culturels et économiques variés selon les familles. Éric Charbonnier, analyste à l’OCDE, confirme cette notion.

De plus, il est avancé que la réduction des vacances d’été pourrait lutter contre la perte des connaissances. Cette hypothèse, mise en avant par Jean-Paul Delahaye, ancien directeur général de l’enseignement scolaire, est liée à la retention des connaissances suite à de longues périodes sans apprentissage.
Peillon propose ainsi de diminuer les vacances à six semaines.

L’intrication de la qualité et de la quantité

Or, une réflexion plus profonde doit s’intégrer à cette discussion. Comme le souligne Charbonnier, ce débat doit également porter sur la qualité des ressources allouées pour accompagner les élèves individuellement, et pas seulement sur la quantité de temps passé à l’école.

Tout ce qui concerne l’école est empreint de jacobinisme.“, interroge Lisa Kamen-Hirsig, professeure des écoles et essayiste. La spécialiste propose que chaque école décide elle-même de la répartition des vacances. Mais cette idée, bien que novatrice, pourrait être un nouveau point de friction pour le système éducatif français.

 

 

vacances d'été raccourcies ?

La durée standard des vacances d’été

Pour commencer, il est important de noter que la durée des vacances d’été, en général, est d’environ huit semaines dans de nombreux pays. C’est notamment le cas en France, où les élèves bénéficient également de vacances dites “intermédiaires” tout au long de l’année scolaire. Cependant, cette durée peut varier considérablement d’un pays à l’autre.

La pertinence du débat

D’autre part, le débat sur la réduction de la durée des vacances d’été, bien que récurrent, n’est pas sans fondement. En effet, il a été observé que de longues périodes sans interaction académique peuvent entraîner une perte de connaissances chez les élèves. Ainsi, en raccourcissant la durée des vacances d’été, l’objectif serait de minimiser cet impact.

Des objections pertinentes

Néanmoins, il existe des critiques pertinentes à l’égard de cette proposition. Par exemple, certains soutiennent que plutôt que de se concentrer sur la quantité de temps passé à l’école, il serait plus pertinent de se concentrer sur la qualité de l’enseignement dispensé. De plus, l’idée d’accorder aux écoles la liberté de décider de la répartition des vacances scolaires est également proposée.

Notre avis

Nous pensons que cette proposition de réduction des vacances d’été fait sens. Elle permettrait non seulement de minimiser la perte de spécificités académiques au cours des vacances, mais aussi de potentialiser une solution aux inégalités sociales. Néanmoins, les préoccupations au sujet de la qualité de l’enseignement demeurent pertinentes. Alors que le temps passé en classe est certes un indicateur de la qualité de l’éducation, il ne peut être considéré isolément. L’idée de donner aux écoles le droit de décider de la répartition des vacances pourrait être une solution pertinente, à condition que cela soit fait de manière à favoriser la qualité de l’enseignement et non simplement pour augmenter la quantité.

À retenir : Réduire les vacances d’été

 

La question de la réduction des vacances d’été revient régulièrement dans le débat public en France.

L’objectif est de minimiser l’impact de la perte de connaissances pendant les vacances et de lutter contre les inégalités.

Fait notable, les élèves français passent plus de temps en classe que la moyenne européenne.

Il existe cependant des critiques pertinentes de cette proposition, notamment l’idée de favoriser la qualité de l’enseignement plutôt que la quantité.

Conclusion

L’éducation est un sujet complexe qui nécessite une réflexion approfondie. Même si plusieurs arguments viennent soutenir l’idée de réduire les vacances d’été, il est fondamental de s’assurer que la qualité de l’enseignement ne soit pas sacrifiée. De plus, il est important de garder à l’esprit que chaque pays a ses propres réalités et qu’une solution qui fonctionne en un lieu peut ne pas être applicable ailleurs.